Vous êtes ici

Accueil

Enquête déviation : Santé & Environnement

La santé des riverains de l'avenue Foch est un souci pour le maire de la ville.

Elle l'est aussi pour ENE qui démontre que la solution n'est pas un simple déplacement de trafic.
Le remède peut être pire que le mal.

 

 

Loin de nier les méfaits de la circulation pour les riverains des voies pénétrantes à l'ouest, la solution n'est pas de reporter les pollutions à la périphérie de la ville.

Et croire répondre aux problèmes avenue Foch de la ville ne résoudra pas ceux qui se posent à d'autres endroits tel l'axe Gravigny-Evreux.

 

Il faut donc REDUIRE ces pollutions. Le Plan Climat Air Energie Territorial est le document qui a été établi Il s'agit en effet de réduire l'impact de l'empreinte humaine sur l'environnement dont les pollutions.
Or l'Autorité environnementale fait remarquer que cette voirie surdimensionnée si proche de la ville augmentera les gaz à effet de serre.

Il y a donc incohérence avec le plan climat établi par l'agglomération Evreux Portes de Normandie dont les objectifs ne pourront pas être atteints.

 

Il y a fort à parier que cette voie express fera un appel de poids lourds ayant alors à leur disposition une quasi autoroute gratuite.
 

Le trafic local mélangé au trafic de transit accru  augmentera les risques d'accident et donc ceux de pollution de l'eau. D'autant que par souci d'économie les glissières anti-versement ont été retirées du projet dans cette vallée de l'Iton où l'on roulera à 110 km/h.

 

Cette vitesse de 110 km/h correspondant aux caractéristiques d'une voie express n'est pas effective tout au long des 7,5 km mais seulement dans les parties les plus sensibles au bruit et actuellement les plus calmes. C'est-à-dire dans la forêt et dans la vallée.

Le bruit et la pollution sont des facteurs incompatibles avec la recherche de bien-être des usagers de la forêt, et des malades des trois hôpitaux dans le fuseau sonore. Ce n'est pas un hasard si ces hôpitaux ont été implantés ici. De même qu'en son temps le château de Joséphine de Beauharnais avait été construit dans ce joli coin.

 

En 2021 l'apparition du COVID 19 a fait prendre conscience aux amoureux des arbres l'importance de se ressourcer en forêt.
Des promeneurs, des cyclistes, des personnes avec leur chien, des élèves du lycée voisin en course d'orientation, le club de VTT, des coureurs, jamais la forêt n'a autant été fréquentée. Et tous les jours de la semaine.

Ce plaisir simple qui apporte calme et sérénité et renforce les défenses immunitaires, les gens ont vite compris où ils pouvaient évacuer le stress de cette crise sanitaire.

Sans parler des habitants d'Arnières sur Iton proches de cette voirie qui regretteront le calme dont ils jouissent actuellement.

 

Pour réduire ces pollutions et répondre aux besoins des populations locales, il faut réduire le projet et le penser autrement. Deux fois une voie et des ronds-points peut être une solution ajoutée à des voies douces, des aires de covoiturage par exemple.

 

 

Associations: 

Connexion utilisateur

Covoiturage 27

Sorties du Hérisson